02/05/2005

9,5 sur l’échelle de Richter

Samedi 23 avril (2/2)

22:50. Edouard et Noël viennent d’arriver. J’ai beau faire des sourires et être heureux de voir Edouard, il y a quelque chose qui ne va pas… J’observe Noël, il détail la pièce… Un petit sourire malsain lorsque son regard s’attarde sur les photos de Yo (Oui Noël, je l’ai toujours chez moi et en moi… Mais prends garde, je ne suis pas aussi affaibli que tu pourrais le croire).
Edouard m’offre un cadeau. Qu’est-ce donc ?… Oh le DVD collector de Nemo… Edouard est heureux de me l’offrir, mais assez rapidement je comprends que l’idée vient d’Edouard, mais que les fonds nécessaires à l’achat sont de Noël, et à voir sa tête ce n’était pas de gaîté de cœur. J’espère que cela ne va créer des dissensions.
Pourtant, le cadeau d’Edouard, je l’ai déjà, en partie ; l’ébauche de portrait de Yo qu’il a commencé il y a 15 jours (et que j’apprécierai qu’il termine)… Par conséquent je ne demandais aucun cadeau.
Je ne me serais jamais aventuré à demander un quelconque cadeau à Edouard. Connaissant que trop bien sa situation financière, c’est d’ailleurs cette dernière qui est à l’origine de notre rencontre : Edouard et l’argent ou une histoire fluctuante. Il est incapable de gérer ses avoirs ce qui à déjà créer de nombreux précédent entre nous (et entre lui et Belle), notamment le plus important l’année dernière à la même période, moi épuisé de le couvrir dans le cadre de ma profession, de jouer mon emploi et ma carrière et lui qui ne faisait aucun effort pour s’en sortir, bien trop occupé à dépenser sans compter dans des futilités l’argent providentiellement obtenu en contractant un prêt étudiant sensé le remettre à flots et payer toutes ses dettes…
Un an plus tard ou en est t’on, je n’ai toujours pas réussit à lui apprendre les bases d’un budget, néanmoins à force de relances personnelles il est enfin à jour au niveau de mon entreprise, cela aura été laborieux, deux ans, et parsemé de coup de gueules mais on y est arrivé, en revanche si on a réussit à combler une brèche, lui à continué de torpiller un peu plus sa situation précaire… Aujourd’hui où en est il ? Je sais que c’est loin d’être la panacée, il suffit de l’entendre et de lire entre les lignes, de plus il a confié à Belle qu’il n’avait jamais été aussi bas… Aussi, on comprend que je me serais passé d’un présent, sa seule amitié et ses sourires sont des cadeaux.

Assez rapidement la fête anniversaire tourne court, d’une manœuvre relativement habile Noël en vient a parler de nos professions respectives, il me demande comment je me sens dans mon entreprise, quelques chose me dit qu’Edouard à eut le langue bien pendu… Je parle aimablement et en dit juste assez. Ni trop, ni trop peu. Je veux faire un DEUG de psycho et pourquoi pas continuer après poursuivre deux ans de plus en droit pour devenir profiler, je verrais si j’ai les épaules assez solides pour le faire.
Puis la conversation s’axe autour du devenir d’Edouard, le tout mener tambour battant par Belle et Noël. Curieusement, ce n’est pas ce Edouard qui s’exprime, d’ailleurs on peut se demander ou il a disparu, éclipsé, occulté, perdu derrière le flots de paroles et de convictions vomi par Noël : « Moi je pense… Moi je… Moi je… » Puis : « Je pense… Je pense… » En bref un festival de pur nombrilisme et d’égocentrisme, de quoi donner la nausée et avoir des vertiges lorsque l’on se place à la hauteur de son ego.
Ma seule envie au  bout de 20 minutes : Le foutre à la porte manu militari. Néanmoins, je m’abstiens, je n’interviens pas, par amitié pour Edouard, parce que je suis un gentleman, parce que nous sommes rassemblés sous le signe de la « fête » , pour mes 25 ans. Et pourtant, l’attitude de Noël est blessante à tous les égards. Il me fait bouillit a sortir des inepties plus imposante que lui.
Mais celui qui m’énerve le plus c’est Edouard, il approuve tout ce que son maître/amant dit. C’est à se demander s’il était présent hier lorsqu’on lui a parlé de nos craintes concernant son avenir. Et Noël qui persiste et signe avec Edouard et Angoulême. L’école des beaux arts de cette ville qui est un remède miracle à l’impasse créative d’Edouard. Si l’on écoute Noël Angoulême c’est le paradis, là-bas pas de problèmes. Edouard sera encadré et dirigé par des spécialistes, la preuve deux grands noms de la bande dessinée sont sortis de cette école.
De mon côté j’interviens et argumente pour les Gobelins ou les écoles d’arts de la région lyonnaise (si vraiment le rêve d’Edouard est de faire la bande dessinée et du dessin animé), la première ayant des contacts avec les grands studio américain, les deuxièmes étant des viviers pour les studios de production italien, les seuls véritablement dynamique européennement parlant. Noël me dit que ce n’est pas avec ses école qu’il rentrera au studio de Disney Italie – Erreur fatal Disney n’a pas de structure en Italie, sa seul unité de production est basée en région parisienne et est d’ailleurs en cours de restructurations voir de fermeture pur et simple tout comme leurs studio au Japon. S’il connaissait vraiment son sujet il saurait qu’a présent Disney ne fait plus dans le dessin animée, ils ont abandonnées leur productions le dernier classique Disney était et sera jusqu'à nouvel ordre : « La ferme se rebelle » -
De son côté Belle milite pour qu’Edouard commence à faire des stages et qu’il commence à se faire connaître et se vendre, mais Noël ne l’entend pas de cette oreille, l’avenir d’Edouard est à Angoulême… Et peut importe ce que l’on dira, nous nous feront rabaisser par le führer… La problématique est simple pour Noël, Edouard ne peut pas démarcher les entreprises pour la simple et bonne raison qu’il est timide, peureux et timoré, il ne sait pas communiquer et parler au autres…
Voir Edouard être rabaisser à ce point me fait bouillir, et je boue d’autant plus qu’Edouard ne semble pas réagir, il est la tête entre les épaules depuis qu’il s’est assis dans une position de total soumission, non franchement il y a quelque chose qui ne fonctionne pas dans leurs rapport… Il faut faire quelques choses ; je lance alors : « Mais Edouard est un génie de la communication, c’est quelqu’un qui a un don innée pour aller vers les autres leurs parler de tout de rien, il est capable de traduire en image simple toute la complexité d’une idée abstraite, donc je ne peut pas te laisser dire de telle chose sur lui Noël ».
Noël opine, non décidément Edouard est nul en communication il est incapable de parler de s’exprimer correctement et être concis.
Belle intervient alors pour me soutenir dans cette démarche, elle ne peut que m’appuyer, et indiquer ni plus ni moins que ce que j’ai déjà dit : Edouard est communicatif, il sait aller vers les autres et se débrouiller et elle l’a vu faire durant de longues années. C’est alors qu’Edouard s’éveille, il se tourne vers Noël et lui demande tout penaud : « C’est comme cela que tu me considère, que tu me vois, mais pourtant je sais aller vers les autres leurs parler et défendre mes idées ». Peine perdue, Noël l’écrase comme un vulgaire moucheron, puis s’emploi a flatté Belle en l’appelant maître, saluant son parcours scolaires et sa maîtrise (Bac +4). Mais  Belle s’en défendra immédiatement, ce n’est pas parce qu’elle possède un maîtrise qu’elle en est maître pour autant.
Puis soudainement Noël prend conscience qu’il vient de faire un impaire avec Edouard en soulignant qu’il ne savait pas communiquer, et nous fera une magnifique pirouette pour se rattraper en disant qu’Edouard est peut être communicatif mais absolument pas communiquant. Mais cette parade ne prendra pas et au bout de quelques minutes, à cours d’arguments valables et plausible il tentera de changer de sujet mais trop tard le pavé est lancé dans la mare. Il vient de se discréditer aux yeux d’Edouard. De mon côté mon sang ne cesse de bouillir depuis qu’il a rabaisser Edouard, et je lui demande de cesser de prendre ce ton hautain, méprisant, plein d’emphase depuis qu’il est entré dans mon appartement, j’en ai cure de ses moi je, moi je, moi je… Je, je, je… Et lui dit que tout dans son comportement et dans sa gestuelle trahis les rapports qu’il entretient avec Edouard… Il y a le maître et l’esclave, ni plus, ni moins…
Noël me prendra violement à partit et tentera de me discréditer en me disant que je ne pouvais absolument pas me fier à son comportement, ses gestes et ses postures, pour en déduire une quelconque approche de sa psyché… Cela n’était que de l’interprétation sans fondement et étude scientifique…
Et pourtant si à cet instant je pouvais les filmer c’est éloquent et cela vaut mieux qu’un grand discours…
Le parler et le paralangage s’unissent en Noël, il est aussi fermé aux autres et aux influences extérieures qu’une huître tout en étant très imbu de lui-même, il se croit obliger de se hisser dans des hauteurs qui donnerait le vertige au plus chevronné des alpinistes. De plus ce n’est pas un rapport d’adulte à adulte qui régit les rapports de Noël et Edouard mais un rapport de parent à enfant.
D’ailleurs pour m’écraser il se servira ni plus ni moins que de Lacan !
Je veux bien qu’il se serve de Lacan, mais qu’il revoie sa copie, Lacan ne traite à proprement parler jamais des gestes et des postures, La théorie de Lacan s’axe autour du « Je »  mais ne disons rien il est tellement fier de ses belles phrases vides de sens et d’essence…
Sa plus belle phrase de la soirée : « Tu n’as rien à m’apprendre sur ce sujet : j’ai fait une psychanalyse pendant 11 ans, on peut me considérer comme un psychanalyste a part entière » (ok dans le même registre de la connerie profonde : Je m’auto proclame prêtre voir pape, J’ai été très souvent à la messe étant plus jeune, de plus j’ai été au catéchisme et j’ai fait toutes mes cérémonies religieuse : Baptême, Petit communion, profession de foi, confirmation… sauf le mariage)
Il est évident que Noël n’y entends rien : le meilleur en paralangage et langage corporel est : Joseph Messinguer et lorsque je critiquais ses rapport avec Edouard, je pensais au PAE ou autrement appelé : Analyse transactionnelle, théorie de Eric Berne et parfaitement décrite par Gysa Jaoui.
Il en est tellement grotesque que je préfère ne rien dire, d’ailleurs j’aurais l’occasion de connaître exactement tout ce qu’il pense de moi. Dans la famille je te prends pour un crétin congénital et je te parle comme à un demeuré du haut de mes 38 ans.
« Je sais parfaitement Fox, que tu ne m’apprécie pas (sans blague, aurais tu oublié que tu ne fais rien pour rectifier le tir) et je ne sais pas pourquoi (non, tu ne sais pas… Peut être parce que tu as obligé Edouard à suivre une psychanalyse alors qu’il n’en avait pas besoin, le thérapeute l’a reconnu lui-même. Peut-être que tu le formate et l’aiguillonne… Peut-être parce que vous êtes un couple de pacotille sans la moindre idée de ce qu’implique l’idée même d’une relation de couple et que tu inculque à Edouard une vision falsifié de l’amour, peut être parce que tu lui inculque comme idée que le couple n’existe que dans l’autarcie alors qu’un un vrai couple est a la fois public et privé et ne se cantonne pas qu’a un espace appelé chambre, de plus oublierais tu que tu affuble toutes les personnes proches d’Edouard et que tu déteste de sobriquet peut reluisant : Belle devient la « miss monde des bacs a sable », Jane devient « goussette » car elle est lesbienne et moi de part le fait que j’habite à 100m de chez Edouard  que je suis plus souvent chez lui que toi j’en deviens le « petit mari » Non Noël ne dis pas que tu ne le sais pas, ou peut-être aussi parce que tu l’as lu dans ces mêmes pages, qu’Edouard a cru utile de te montrer sans me demander mon avis) Mais je pense qu’Edouard ne pourra devenir quelqu’un qu’en allant a Angoulême… et patati et patata...
A la fin Noël me demandera : Tu as compris, ce à quoi je retorquerai : non excuse moi j’ai pas écouter mes pauvres neurones ne me permettent pas de me concentrer trop longtemps, je suis trop stupide.
Ce qui fera rire étonnement Edouard, rire nerveux car il ne doit pas être habitué au fait que l’on parle à son seigneur et maître sur ce ton. Mais je suis désolé on ne vient pas chez moi pour une occasion festive dans le seul but de m’insulter.

Par la suite une nouvelle discussion commencera entre Belle et Noël au sujet de la communication, pendant que je servirais le gâteau et le champagne… D’ailleurs ça m’écoeure d’ouvrir une bouteille de champagne offerte par mon professeur de communication pour la partager avec con pareil. Mais a priori je ne suis pas le seul a être agacé par Noël, pendant la préparation je serais rejoins dans la cuisine par Dam’ qui n’en peut plus de souffrir Noël…
Au détour d’une pause, j’aurais droit à une nouvelle phrase nauséabonde et pleine de sous entendu sur mon age…
Le champagne servit, je laisse Dam’ tenter de détendre l’atmosphère, en me chantant une petite chanson de son cru et en me faisant souffler une bougie… Mais peine perdue, décidément ce soir je ne fête rien du tout.

Le ton des conversations suivantes se voudra plus consensuel, et pourtant…
Belle nous fera rire avec les dernières facéties du petit frère d’Edouard, il est évident qu’à 15 ans et au vu de son comportement le petit dernier cherche à attirer l’attention, ses parents l’ignorent etc. Ce gamin à besoin de dialogue d’ailleurs il ne demande que cela et se calme quand on lui parle d’égale à égale… Il a besoin de comprendre le monde qu’il découvre et ne trouve pas l’ouverture nécessaire auprès de ses parents.
Nous aurons alors droit à une nouvelle théorie fumeuse de Noël, selon lui il est inutile de parler à un adolescent ou à un enfant. Un enfant ne comprends que les injonctions, et si ce qu’il fait n’est pas bien ou s’il doute, Noël l’enfonce en lui disant que ce qu’il fait est nul et sans valeur sans lui expliquer ce qui lui a valut de telles remarques pensant qu’ainsi il le motive et l’oblige à se surpasser… Quel bel esprit de communication…
Noël ne voit en définitive et se sont ses mots pas l’intérêt de parler à un enfant ou un gamin plus jeune que lui un homme de 40 ans n’a pas a parler a un adolescent. Je ne dis rien je m’abstient conscient que si je parle je le démonte… Belle est soufflé par tant de bêtise… Et il est amusant de voir qu’elle opine en son sens pour voir jusqu’ou la théorie fumeuse du grand connard peut aller…

3:00. Il se fait tard, Edouard se lève, il a travaillé toute la journée et tient à aller se coucher… Il sera assez rapidement suivi par Belle et Dam…
Je les laisse partir, d’un côté triste de voir partir Belle et Dam’, Heureux de voir s’éloigner Noël, d’ailleurs au terme de cette soirée il est évident que je ne risque pas de le revoir de si tôt ni que l’on me force à assister à une occasion ou il sera présent…
Et surtout : Furieux. Furieux de voir Edouard s’écraser et devenir une toute autre personne où plutôt devrais-je dire une non personne lorsqu’il est en présence de Noël.
Conclusion du jour : A force de côtoyer des personnes que je nomme 3P on le deviens également.
En ce jour j’ai le regret de le reléguer Edouard, malgré toutes les qualités qu’il possède indubitablement, dans la catégorie des gens 3 P : Petit, Pitoyable et Pathétique.

05:10 Écrit par fox | fox | | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |  Facebook | |

Commentaires

... Y a pas à dire, tu le portes dans ton coeur... en fait, c'est presque de l'amour passion entre vous ahahah.
Bon... ca va... je m'en vais ;-)

Écrit par : marco | 02/05/2005

et bien y a de l'ambiance tu m'avais dis en effet que ca avait été mouvementé... y a pas a dire c'est vrai... Tu m'avais dit également a quel point Noel était a taper a la batte de baseball (tiens c'est lui qu'on devrait apelé dawson), c'est donc bien vrai... Fox versus Noel, le match des titans est lancé... et au milieu de tout cela il y a Edouard... Edouard qui ne voit rien, Edouard qui ne comprend pas a quel point certaines personnes se tracasse pour lui... petit , je sais pas... Pitoyable, certainement... Pathétique, sans aucuns doute.

Écrit par : m.j. | 02/05/2005

? Bon et qwè m'poyon ? Tu le mets à jour ton blog ?

Écrit par : marco | 04/05/2005

... j'ai mes parents chez moi ! je profite de leurs présence... j'attends qu'ils partent et apres je skatte l'ordi !

Écrit par : fox | 04/05/2005

Les commentaires sont fermés.